• mardi 13 juin • 21H30
    CHÂTEAU DU PLESSIS MACÉ
  • mercredi 14 juin • 21H30
    CHÂTEAU DU PLESSIS MACÉ
  • mardi 27 juin • 20H30
    THÉÂTRE ST-LOUIS À CHOLET
  • mercredi 28 juin • 20H30
    LE DÔME À SAUMUR

FAISONS UN RÊVE

Sacha Guitry

Mise en scène de Nicolas Briançon

Assistant mise en scène Olvier Claverie

Avec Eric Laugérias ; Marie-Julie Baup ; Michel Dussarat ; Nicolas Briançon

Décors de Pierre-Yves Leprince

Assistant Décorateur Bastien Forestier

Costumes par Pierre-Yves Leprince

Assistante costumes Aimée Blanc

Perruques et maquillages par Michèle Bernet

Lumière par Franck Brillet

Musique de Gérard Daguerre

LA PIÈCE

Elle rayonne d’intelligence, de charme et de malice. Il est heureux de vivre, content des autres et de lui. Si on lui demandait sa profession,il répondrait :  » Faire l’amour !  » C’est peu dire qu’ils se plaisent. Quant au mari, un rustaud méridional, ils l’ont envoyé au diable, ou plutôt chez une diablesse de café-concert qui l’occupera un bon moment. Les voilà seuls enfin et la nuit est à eux. Mais une nuit d’amour, c’est bien peu lorsque, au réveil, on rêve de grand départ et de prolonger la folie merveilleuse pour toute la vie. Et le rêve s’accomplirait peut-être si un mot de trop ne venait tout gâcher. Une petite phrase insouciante et légère, cruelle et méchante… Mais non, la belle histoire n’est pas finie. Le dernier acte réserve encore le plus imprévisible des dénouements.

 

festival-d-anjou-2017-programmation-spectacle-5

NOTE D’INTENTION

« Ce qui fascine chez Guitry, et qui dans le fond, bien au-delà des différences qui nous séparent de son époque, nous rapproche et nous enthousiasme, c’est son extraordinaire, bouleversante et jubilatoire liberté. Liberté avec les codes du théâtre. Liberté dans son cinéma. Liberté dans sa vie. Liberté ! Comme tout cela tout d’un coup nous paraît moderne et vivant ! Cette savoureuse et vivifiante liberté court dans « Faisons un rêve » dont on se plait à imaginer qu’elle a été écrite dans l’allégresse et la rapidité. Au fil d’une plume et d’une imagination sans entrave. Un hymne à l’amour, à la liberté, à la fantaisie. Rendre cette liberté, cet amour, cette fantaisie ce sera le credo de notre mise en scène. Se rappeler l’extraordinaire modernité du jeu de Guitry lui-même, et qu’il exigeait de ses comédiens. Cette vérité simple. Cette manière unique d’aller droit, et de garder l’élégance et le panache. En écrivant tous ces mots : liberté, allégresse, modernité, vivant, fantaisie, vérité, élégance, panache, on réalise pourquoi il nous est si nécessaire : il semblerait que notre temps en manque cruellement. »
Nicolas Briançon