• vendredi 23 juin • 21H30
    CLOÎTRE TOUSSAINT À ANGERS

31

De Gaétan Borg et Stéphane Laporte

Mise en scène de Virginie Lemoine

Musique de Stéphane Corbin

Avec Carole Deffit, Valérie Zaccomer, Alexandre Faitrouni et Fabian Richard

Lumières par Denis Koransky

Costumes par Cécilia Sébaoun

Décors par Grégoire Lemoine

Son par Sébastien Angel

LA PIÈCE

Il y a 10 ans, pour une raison qu’on ne connaît pas encore, Stéphane, Victoire, Anthony et Ruben avaient décidé de passer ensemble les 31 décembre à venir,et pas forcément pour fêter le nouvel an ! On les découvre le 31 décembre 1999. C’est une de leurs réunions rituelles, une photo supplémentaire de leur amitié… jusqu’à ce qu’éclatent leurs non-dits en une dispute épique ! Avant qu’ils n’aient pu s’expliquer, et qu’on comprenne les sources de ce grand ras-le-bol amical, nous allons remonter le temps avec eux, de 31 en 31, jusqu’à leur premier réveillon en 1979. Ils auront alors 8 ans, 13 ans, 16 ans et 25 ans ! Dans «31», c’est le passé qui fait avancer l’intrigue. Le public suit un jeu de piste à travers le temps, où le happy end sera un happy beginning… Car au moment où l’on s’y attend le moins, on reviendra à leur dispute de 1999 pour un dénouement inespéré.

CE QU’EN DIT LA PRESSE

« Un spectacle extrêmement rythmé et porté par des comédiens de talent campant des personnages plus attachants les uns que les autres. On rit, on s’émeut, et on rit encore. Bravo. »Télérama Sortir

« Drôle, tendre, émouvant, ce spectacle est une petite bouffée de bonheur. »Le Parisien

« Une pièce très belle sur l’amitié. Des acteurs géniaux. C’est très réussi. »Léa Salamé On n’est pas couché

« Cette comédie musicale est une épopée amicale, drôle et originale. »L’officiel des spectacles

NOTE DU METTEUR EN SCÈNE

« Lorsque qu’il m’a été donné de lire pour la première fois « 31 », je suis tombée sous le charme de ce texte. Parce qu’il se situe exactement au carrefour des émotions que j’aime retrouver au théâtre, ce que l’on appelle « la tragi-comédie », l’intersection où toutes les émotions cohabitent : le rire côtoie les larmes, la sévérité s’adosse à la plus grande dérision, le drame et la fantaisie s’entrechoquent.Le récit de « 31 » est, en plus, tout à fait particulier puisque nous remontons dans le temps à mesure du récit : chaque 31 décembre est suivi du précédent, et les liens qui unissent les personnages prennent sens à mesure que s’éclaire le passé de chacun. Une histoire à l’envers ?! Un travail qui m’a demandé parfois de regarder la pièce dans un miroir, la première scène du récit en étant l’apothéose, la note paroxystique et le début !

Un vrai bonheur pour un metteur en scène ! Maintenant que mon rôle s’achève et que le spectacle appartient désormais à ceux qui le portent, il ne me reste plus qu’à le regarder s’envoler comme un cerf-volant, me réjouissant des couleurs magnifiques dont auteurs, compositeur et comédiens ont su si magnifiquement le parer. »
Virginie Lemoine